Accueil
English | Français

 La Croix de Victoria |

 Ressources pédagogiques |

 Générique |

 Commentaires |

 Musée virtuel du Canada

Retour à la vidéo

William Barker Après la guerre

Tout comme en août 1918, William Barker a l'honneur de prendre à son bord le Prince de Galles au printemps de 1919, cette fois au-dessus de Londres et dans un biplace Sopwith Dove. Il retourne plus tard au Canada et fonde l'entreprise Bishop and Barker Company avec son collègue de la Première Guerre mondiale, l'as Billy Bishop. Les deux hommes exploitent un service de passagers entre Toronto et Muskoka, mais l'entreprise ne connaît pas un grand succès.

En 1920, William Barker s'enrôle dans l'Aviation royale du Canada (ARC) à titre d'officier de liaison avec le ministère de l'Air en Angleterre. En 1924, il rentre au Canada et quitte l'ARC pour retourner à la vie civile. Après avoir passé cinq ans dans l'industrie du tabac et avoir été brièvement le premier président des Maple Leafs de Toronto, William Barker réintègre le milieu de l'aviation en devenant président de la Fairchild Aviation Corporation of Canada, au début de 1930.

En mars 1930, William Barker décolle aux commandes d'un biplan Fairchild KR 21 pour en démontrer les capacités au ministère de la Défense nationale. Après 10 minutes, il exécute une approche à très basse altitude avant de grimper de près de 60 mètres (200 pieds). Le moteur semble alors caler, et William Barker ne réussit pas à redresser l'avion avant qu'il se retourne sur lui-même et heurte le sol de plein fouet, en piqué. Il est mort sur le coup.

Ont assisté aux funérailles du Lieutenant-colonel William Barker, à Toronto, une garde d'honneur de 2 000 soldats, de nombreux dignitaires locaux et nationaux et des dizaines de milliers de spectateurs.

William Barker a laissé un patrimoine qui revêt de nombreuses formes. On dit qu'il aurait inspiré à Ernest Hemingway sa fameuse nouvelle intitulée « Les neiges du Kilimandjaro », par son attaque du jour de Noël de 1917 contre un aérodrome autrichien, en Italie. L'aéroport de Dauphin (Manitoba), sa ville natale, porte son nom, tout comme une école de la BFC Borden avant sa fermeture. En 1999, le gouvernement du Canada a élevé William George Barker au rang des personnes ayant une importance historique pour notre pays.

William Barker en uniforme Reconstitution des plaques d'identité de Barker Barker avec un Sopwith Camel